À Croix, près de Roubaix, les caméras de vidéosurveillance font le bonheur des commerçants

Après le centre-ville et Saint-Pierre, c’est au tour de la Croix-Blanche d’être équipée de caméras vidéo. Les commerçants, invités ce matin à découvrir le PC dans les locaux de la police municipale, approuvent sans réserve.

Deux grands écrans affichent en temps réel une mosaïque de prises de vue. On reconnaît facilement la rue de la Gare, la place Saint-Pierre ou la station de métro Croix-Mairie. Les véhicules et les piétons passent leur chemin sans se douter qu’à l’autre bout, le chef David Verwaerde les a à l’œil. Bienvenue dans le local de la police municipale dédiée à la vidéoprotection ou à la vidéosurveillance en fonction de l’usage qu’on en fait.

D’ordinaire, il faut montrer patte blanche pour pénétrer dans cette pièce très confidentielle où sont stockées pendant 14 jours les images prises par les 23 caméras disséminées en ville, mais hier le maire organisait une « présentation privée » pour les commerçants de la Croix-Blanche où 10 caméras ont été installées il y a quelques semaines.

Contrairement à Roubaix ou à Wattrelos où des agents sont postés à longueur de journée devant les écrans de contrôle, à Croix, on a fait le choix de ne visionner les bandes qu’en cas de délit en cours, de réquisition par la police nationale ou à l’occasion d’événements exceptionnels. Si le chef de la police municipale manipulait la console ce matin, c’était seulement pour expliquer le fonctionnement du matériel aux invités.

« La vidéo permet de résoudre des délits qui viennent de se passer », explique David Verwaerde. Il a en mémoire deux agressions perpétrées cet été à cinq jours d’intervalle et dont les auteurs ont été confondus grâce aux caméras. « Suite à la reconnaissance faciale, la police nationale a pu interpeller des personnes déjà connues des services. »

« Moins de squats »

Les commerçants de la Croix-Blanche accueillent la vidéoprotection avec un certain enthousiasme. « Depuis l’installation des caméras, il y a nettement moins de squats », remarque Bruno Henry, le patron de l’auto-école Jaurès. Pour Emmanuelle Fouquet, la pharmacienne du quartier, la différence est encore plus flagrante : « À Noël 2012, il y avait eu des braquages et du chahut. Cette année : rien ! Certains faisaient aussi parfois les fous au volant, ça s’est calmé. Et les voisins du dessus disent qu’ils dorment beaucoup mieux, il y a beaucoup moins de bruit le soir. » Même constat pour Alexandre Martel, le gérant du Carrefour City : « On a déjà eu des agressions, on a souffert mais aujourd’hui il n’y a plus de squat, le quartier est apaisé. »

Forte de ces retours positifs, la municipalité annonce qu’elle va procéder à l’installation de 17 nouvelles caméras en mars, rues Perrin et place de la République, pour renforcer la couverture des commerces du centre-ville. « L’idée, c’est de sécuriser les commerçants et de quadriller les entrées et les sorties des quartiers », explique Régis Cauche.

Le maire UMP de Croix n’exclut pas de poursuivre encore le déploiement des caméras, d’autant que l’État finance la moitié de l’investissement qui se porte à environ 150 000 € par site, mais il se refuse à dévoiler ses projets à moins de deux mois des élections municipales… « Cela appartiendra à l’équipe qui sera élue en mars. » Cela ne l’empêche pas d’être très satisfait de sa politique menée en matière de sécurité : « Aujourd’hui, la ville de Croix s’en sort bien en matière d’incivilités même si rien n’est jamais acquis. » Les commerçants de la Croix-Blanche applaudissent des deux mains.

Source La voix du Nord

/ Non classé

Share the Post

About the Author

Comments

No comment yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *