Paris : La vidéosurveillance a permis 6800 interpellations

Depuis l’installation de la vidéosurveillance dans la capitale, les agents de police ont eu recours 15.647 fois aux caméras de la direction de la sécurité de proximité. Les vols à la tire ou les escroqueries à la charité publique sont les délits les plus observés.

Dans des petites boites suspendues aux lampadaires, elles sont les yeux de Paris. Depuis leur installation en décembre 2011, les caméras du «plan de vidéoprotection» de Paris ont permis 6827 interpellations dans la capitale, selon la préfecture de police.

uk football betting tips and predictions footballtipsbetting.com latest soccer betting tips uk

Parmi les victoires de la videoprotection, 1372 interpellations pour vol à la tire et 428 pour escroquerie à la charité publique. Plus grave, 23 personnes ont été prises en flagrant délit d’homicide ou de tentative d’homicide, 9 ont été interpellées pour viol. Deux salles de commandement de la préfecture peuvent visualiser les images en direct, d’où la nécessité du «flagrant délit».

Ces images sont conservées 30 jours et peuvent servir de preuves en cas d’affaires. La police judiciaire, la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, la DCRI et le ministère de l’Intérieur ont accès aux images.

13.500 caméras observent la capitale

Michel Gaudin, préfet de police de Paris, avait prévenu: la vidéo va révolutionner la façon de travailler des policiers. Quelques clics permettent aujourd’hui aux agents spécialisés d’accéder aux images fournies par les 1067 caméras du service mais aussi aux caméras de la RATP, de la SNCF, des magasins Printemps, du Parc des Princes ou encore du musée du Louvre. Ce sont en tout 13.500 caméras qui scrutent les rues, les sous-sols et les bâtiments parisiens.

«Ces chiffres sont la preuve que le système est efficace et qu’il faut d’avantage de caméras à Paris», affirme au Figaro Philippe Goujon, maire UMP du XVe et militant pour la vidéoprotection à Paris. L’élu demande qu’une nouvelle tranche de 1000 caméras soit installée, pas seulement intramuros, mais aussi dans la petite couronne. «Il ne faut pas que la délinquance se déplace là où il n’y a pas de caméras», explique-t-il.

Les systèmes de caméras de surveillance ont représenté une aide pour la police dans plusieurs affaires récentes, comme celle d’Abdelhakim Dekhar, le tireur de Paris. En mars 2013 un sondage révélait que 75% des Français étaient favorables à la vidéosurveillance en ville.

Source Le Figaro.

/ Non classé / Tags: , , ,

Share the Post

About the Author

Comments (4)

  1. Dan :

    évidement cela marche ,de plus mettre des affiches et savoir les rues surveillées ont un pouvoir de dissuasion .

  2. Mike :

    Un bon conseil : continuez d’être sur vos gardes comme avant… car ce qui est intéressant et significatif, ce n’est pas le nombre d’interpellations, c’est le nombre et le type de peine prononcées. Et là, c’est beaucoup moins brillant… !!! Taubira démission.

    • John :

      yes!!

  3. Jonathan :

    Que ce soit chez les particuliers, les professionnels ou dans la rue la vidéosurveillance a fait ses preuves! Pour ceux qu parlent de vie privée etc moi je dis que si on a rien a se reprocher ces caméras sont très rassurantes et exercent un effet de dissuasion comme cité plus haut..

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *